Get Adobe Flash player

Follow Us in social sites

Find Le prophète de la miséricorde Site on TwitterFind Le prophète de la miséricorde Site on FacebookFind Le prophète de la miséricorde Site on YouTubeLe prophète de la miséricorde Site RSS feed

Dernière image

Israeli soccer fans burn Qur'an, insult Islam

Image aléatoire

muhammad

Attached images

m010.jpg

Download Mercy Toolbar

Get Mercy toolbar!

Visiteurs depuis Juin 2012

le site multi-langue

Accueil

Pourquoi l’Arabie ?
En jetant un coup d’oeil sur la carte du monde, nous nous rendons rapidement compte qu’aucun autre pays n’aurait été plus indiqué que l’Arabie pour accueillir l’indispensable religion universelle. Elle se situe au bon milieu de l’Asie, pas très loin de l’Europe. À l’époque de l’avènement de Muhammad, la partie centrale de l’Europe était peuplée de nations civilisées et avancées sur le plan culturel ; ces peuples se trouvaient ainsi plus ou moins à égale distance de l’Arabie, que le peuple indien. L’Arabie occupait de ce fait une position médiane.

Par ailleurs, l’histoire de cette époque nous montre qu’aucun autre peuple n’était plus indiqué que les Arabes pour être investi de cette prophétie. Les grandes nations se livraient une bataille féroce pour acquérir la suprématie planétaire et ces luttes et conflits incessants les avaient conduites à l’épuisement de leurs ressources et de leur vitalité. Or, les Arabes débordaient d’énergie et de virilité. Le soi-disant progrès social avait introduit de mauvaises habitudes au sein des nations avancées. Or, les Arabes ne connaissaient aucune organisation sociale pareille et étaient ainsi à l’abri de l’inactivité, de l’avilissement et de l’indulgence découlant du luxe et de la satiété sensuelle.

Les païens arabes du cinquième siècle n’avaient été aucunement frappés par l’influence néfaste des systèmes artificiels et la civilisation des grandes nations du globe. Ils développaient toutes les bonnes qualités humaines dont pouvaient disposer les peuples épargnés par le « progrès social » de l’époque. Ils étaient braves, intrépides, généreux, fidèles à leurs promesses, épris de paix et politiquement indépendants – n’étaient pas soumis à l’hégémonie de puissances impériales. Ils menaient une vie très simple et ne connaissaient pas la vie du luxe et de l’indulgence.

Leur vie présentait aussi, certes, certains aspects indésirables, mais la raison en était que depuis de milliers d’années, n’était issu de leur communauté aucun prophète ni aucun réformateur qui aurait pu leur apporter la civilisation et débarrasser leur vie morale de toutes les impuretés. Des siècles de vie libre et indépendante dans les déserts sablonneux avaient engendré et entretenu une ignorance extrême au sein de ces peuples. Ils étaient ainsi devenus si insensibles et fermes dans leurs traditions d’ignorance que les humaniser n’était plus du ressort d’un homme ordinaire.

En même temps, ils possédaient une faculté qui les rendait réceptifs et disposés à mobiliser effectivement et sans relâche toutes leurs énergies pour réaliser l’objectif d’un homme si celui-ci, doté de pouvoirs extraordinaires, les invitait à la reforme en leur présentant un idéal noble et un programme complet Ils seraient prêts à faire face, sans le moindre scrupule, même à l’hostilité du monde entier pour défendre la cause de leur mission. Et en vérité, c’est un peuple aussi jeune, énergique et virile qui était requis pour disséminer les enseignements du Prophète de l’Humanité. Muhammad (Qu’Allah le bénisse et le salue).

Observons par la suite la langue arabe. Une étude de cette langue et une incursion dans les profondeurs de sa littérature nous permettent de nous convaincre qu’il n’existe aucune autre langue que l’arabe qui soit plus à même d’exprimer les nobles idéaux, d’expliquer les problèmes les plus délicats et les plus subtiles de la connaissance divine, et de toucher le cœur de l’homme et lui inculquer la soumission à Dieu. Les expressions courtes et les phrases brèves expriment un monde d’idées et en même temps qu’elles restent si intenses, qu’elles pénètrent dans le cœur, chacun de leur son met l’homme en larmes et en extase. Elles sont tellement agréables qu’en les écoutant, on a le sentiment de savourer du miel.
Elles ont si pleines d’harmonie que chaque fibre du corps de l’auditeur vibre au rythme de leur symphonie. C’est une langue d’une telle richesse et puissance qui était requise pour le Qur’an, la Noble Parole de Dieu. Ainsi, le choix porté sur l’Arabie pour accueillir la naissance du Prophète de l’Humanité était une manifestation de la grande sagesse de Dieu.

Abul A`la Mawdudi

Share it now!