Le prophète de la miséricorde Site

Ligue du Monde Islamique - Organisation Mondiale pour Faire connaître et Soutenir le prophète

suivez-nous

Find Le prophète de la miséricorde Site on TwitterFind Le prophète de la miséricorde Site on FacebookFind Le prophète de la miséricorde Site on YouTubeLe prophète de la miséricorde Site RSS feed

Dernière image

Islamic Education research network launched at University of Warwick

Image aléatoire

汉志(巡礼 或朝觐)

Attached images

m014.jpg
m014.jpg

"Ô Messager ! Transmet ce qui t'a révélé de la part de ton Seigneur. Si tu ne le fais pas, alors tu n'aurais communiqué son message. Et Allah te protège des gens…"(sourate Al Mâ’idah, la Table servie, V. 67
A ce propos, Ibn Kathir dit: Cela signifie: transmets mon message, je te protègerai, te secourrai, te soutiendrai contre tes ennemis et t'accorderai la victoire sur eux. N'éprouve alors aucune contrainte et ne t'afflige pas car nul ne pourra te porter atteinte. Avant la révélation de ce verset même, on gardait le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui).
Parmi les situations dans lesquelles Allah a protégé son Prophète, nous mentionnons la suivante:

Abou Houraïrah  a rapporté qu'Abou Djahl a dit: "Est-ce que Muhammad va encore frotter son front contre le sol devant vous (c’est-à-dire se prosterner comme il avait l’habitude de le faire devant la Ka'ba) -" Oui", lui dit-on. " Au nom de Laat et 'Ouzza, reprit-il, si je le trouve dans cette posture, je mettrai le pied sur sa nuque ou écraserai son vissage contre le sol ! ".  Puis il alla trouver le Messager d’Allah qui priait, pour lui marcher sur la nuque. Mais on le vit subitement rebrousser chemin en se protégeant des mains ! On lui dit: qu’est-ce qui t’arrive? " Un fossé enflammé, un gouffre et des ailes m’ont séparé de lui, répondit-il". Par la suite, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit: " S’il s’était approché de moi davantage, les anges l’auraient découpé en morceaux". Rapporté par Mouslim.
Et dans une autre version d'après Ibn 'Abbâs : Abou Djahl a dit: Je jure que si je verrai Moh̠ammad faire la prière auprès de la Kaaba, je mettrai mon pied sur sa nuque". Informé de ces propos, le Prophète réagit: " S’il l’était fait, les anges l’auraient tué". Rapporté par Al Boukhâri.

Dans ce même ordre d'idées ; Djber Ibn 'Abdillah  rapporte: le Prophète combattit en déclarant la guerre contre une tribu appelée Khasfah; les ennemis aperçurent l'inattention des musulmans. Alors un homme appelé Ghawrath Ibn Al Harith vint jusqu'à ce qu'il se tienne débout près de la tête du Prophète en lui disant: "Qui te préserve de moi?" "Allah ! "répondit le Prophète. Ainsi l'épée tomba de ses mais et le Prophète le reprit en lui disant à son tour: "Et maintenant qui te préserve de moi?" – "Ne m'en veuillez pas" reprit l'homme. Et le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) d'ajouter: "Témoigne qu'il n'y a de divinité qu'Allah et que je suis le Messager d'Allah". Mais non ! Cependant je te promets de ne pas te combattre ni être avec ceux qui te combattent". Répondit l'homme. C'est ainsi que le Prophète le libéra. Enfin il revint chez les siens en leur disant: "je suis revenu à vous de chez le meilleurs des hommes". Rapporté par Al Hakem qui l'a jugé authentique.
En plus, Anas  rapporte qu'un chrétien embrassa l'Islam et récitait par cœur la sourate Al Baqarah (la Vache) et celle de Al 'Imran, la famille de 'Imran. Il avait même des correspondances avec le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui). Cependant il s'est converti au christianisme et disait:" Moh̠ammad ne sait que ce que je lui écris. Allah le lui donna la mort et on l'enterra. Le lendemain, la terre le rejeta. On disait alors: "C'est Moh̠ammad et ses compagnons qui font ainsi. Abandonnant leur religion, ils ont profané la sépulture de notre compagnon et l'ont rejeté". Ensuite ils lui creusèrent profondément (une autre tombe).  Et le surlendmain la terre le rejeta. On disait de nouveau alors: "C'est Moh̠ammad et ses compagnons qui ont fait ainsi. Abandonnant leur religion, ils ont profané la sépulture de notre compagnon et l'ont rejeté". Ensuite ils lui creusèrent si profondément qu'ils le pouvaient (une autre tombe). Le lendemain, la terre le rejeta. Ils s'assurèrent que ce n'était point le fait des hommes et le jetèrent. Rapporté par Al Boukhâri.

Allah l'a également protégé quand il l'a sauvé d'un attentat comploté la nuit par Qorayche. Les Qoraychites se mirent donc d'accord de choisir un jeune homme dur parmi chaque tribu, de lui donner une épée tranchante de le frapper tous d'un seul coup pour le tuer. De là son sang se dispersera entre les différentes tribus et Béni 'Abd Manaf ne sauront jamais combattre tous les arabes. Jibril descendit pour informer celui-ci, par révélation de son Seigneur, du complot des Qoraychites. Allah ordonna ainsi à Jibril de descendre pour le mettre au courant du complot des polythéistes en l'ordonnant de ne pas dormir dans son lit cette nuit. Il l’informa aussi qu'Allah lui permit d'émigrer.
D'autre part, Allah a protégé son Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) contre la machination de Sourâqah sur le chemin de l'émigration. Il était de même lorsque le Prophète était à la grotte. Abou Bakr lui dit alors: "Ô Messager d’Allah: " Si l’un d’eux baissait les regards il nous apercevrait". Le Prophète répondit: " Que penses-tu, Ô Abû Bakr, de deux qu’Allah complète en troisième? "

Et Ibn Kathir de dire: "Allah avait certes protégé son Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) contre les gens de la Mecque, les plus redoutables, les envieux, les entêtés et les plus opulents qui lui couvaient et manifestaient hostilité et haine ; Ceux-ci ne cessaient également de le combattre jour et nuit. De par tous les grands moyens (permettant de le protéger) qu'Allah a créés par son pouvoir et sa sagesse la plus grande, il lui donna comme protecteur au début de sa mission son oncle paternel, Abou Taleb. Ce dernier fut un chef obéi parmi les Qoraychites et Allah mit dans son cœur une grande affection naturelle pour le Messager d'Allah. Car si Abou Taleb avait embrassé l'Islam, les mécréants et les grands de Qoraychese seraient enhardis à lui. Mais comme ils avaient un point commun avec lui: l'incroyance, ils le redoutaient et le vénéraient.

Lorsque son oncle décéda, les polythéistes lui portèrent un peu d'atteinte. Enfin Allah lui désigna les Ançars (littéralement les partisants) qui lui prêtèrent serment d'allégeance d'être musulmans, de quitter la Mecque pour s'installer chez eux à Médine. Une fois arrivé chez eux, ils le protégèrent contre les ennemis noirs et rouges. Et à chaque fois qu'un polythéiste ou un juif ou chrétien eut l'intention de lui faire tort, Allah lui préparait une ruse et menait à l'échec leur stratagème.