Le prophète de la miséricorde Site

Ligue du Monde Islamique - Organisation Mondiale pour Faire connaître et Soutenir le prophète

suivez-nous

Find Le prophète de la miséricorde Site on TwitterFind Le prophète de la miséricorde Site on FacebookFind Le prophète de la miséricorde Site on YouTubeLe prophète de la miséricorde Site RSS feed

Dernière image

Islamic Education research network launched at University of Warwick

Image aléatoire

Attached images

m019.jpg
m019.jpg

Le Coran Sacré est le plus grand signe de la prophétie de notre Prophète Moh̠ammad (Paix et bénédiction d’Allah sur lui). C'est le Livre avec lequel Allah, le Très Haut a lancé un défi contre les Arabes et les autres communautés jusqu'au jour du Jugement Dernier de produire quelque chose de semblable à ce Coran. Allah, le Très Haut, dit:
"Si vous avez un doute sur ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, tâchez donc de produire une sourate semblable et appelez vos témoins, (les idoles) que vous adorez en dehors d’Allah, si vous êtes véridiques."(Sourate al Baqarah, la Vache V.23).
Et encore:
" Ou bien ils disent: "Il (Muḥammad) l’a inventé?" Dis: "Composez donc une sourate semblable à ceci, et appelez à votre aide n’importe qui vous pourrez, en dehors d’Allah, si vous êtes véridiques". (Sourate Younos, Jonas V. 38)
A ce propos, Ibn Al Djouzi a dit: "Le Coran a plusieurs aspects miraculeux:
Premièrement: L'éloquence et la rhétorique de la concision et de la verbosité du Coran. Parfois il rapporte le récit dans tous ses détails, puis il le raconte succinctement sans manquer même à l'objectif du récit.

Deuxièmement: Il est tout à fait différent de divers modes d'expression et des prosodies de la poésie. Dans ces deux domaines, le Coran a lancé le défi contre les arabes qui étaient dans l'impuissance et dans la perplexité et ont reconnu son mérite jusqu'à ce qu'Al Walid Ibn Al Moughirah dise: Par Allah ! Il(le Coran) possède et de la douceur et de la beauté.
Troisièmement: Le Coran comprend les nouvelles des peuples antérieurs et l'histoire des Prophètes qu'ont connu les gens du Livre au même moment où celui à qui elles ont été révélées était illettré qui ne sait ni lire ni écrire. Il n'avait même assisté à des séances d'apprentissage ni avec les rabbins ni avec les devins.
Par ailleurs, celui parmi les arabes écrivait et lisait avait des séances avec les savants rapportant de l'histoire n'avait aucune idée sur ce qu'a informé le Coran.
Quatrièmement: Le Coran a de même informé au sujet des événements qui auront lieu au futur. Ceci est une preuve évidente et catégorique de la véridicité du Coran. Car ces événements relatés dans le Coran ont effectivement eu lieu. Les exemples sont multiples. Nous en mentionnons:

-     ;     ; Allah, le Très Haut à propos des juifs:
"Dis: « souhaitez donc la mort [immédiate] si vous êtes véridiques !» (Sourate Al Baqarah, la Vache V.94) Et ensuite Il dit:" Or, ils ne la souhaiteront jamais". (Sourate Al Baqarah, la Vache V. 95)
-     ;     ; Allah, le Très Haut, dit encore:
"… tâchez donc de produire une sourate semblable…". (Sourate Al Baqarah, la Vache V. 23)
Et ensuite Il dit:
"Vous n’y parviendrez jamais (Sourate Al Baqarah, la Vache V 24). Et ils ne l'ont jamais fait.
-Allah, le Très Haut, dit encore          :
"Dis à ceux qui ne croient pas: «Vous serez vaincus bientôt ; " (Sourate Al 'Imran, la Famille de 'Imran, V. 12). Et ils ont été vaincus.
- Allah, le Très Haut, dit encore         :
"….vous entrerez dans la Mosquée Sacrée si Allah veut, en toute sécurité…"(Sourate Al Fath, la Victoire, V. 27). Et ils y étaient entrés.
-Allah, le Très Haut, dit encore à propos d'Abou Lahab                              " Il sera brulé dans un Feu plein de flammes, de même sa femme la porteuse de bois, à son cou, une corde de fibres"…"(Sourate Al Massad, les Fibres, V.3-5)

Ces versets indiquent qu'Abou Lahab et sa femme devaient mourir incroyants et ils l'étaient ainsi.
Cinquièmement: Le Coran est préservé contre la divergence et la contradiction. Allah, le Très Haut dit:"
S’il(le Coran) provenait d’un autre qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions !".…"(Sourate An-nisâ’, les Femmes, V. 82). Et encore:
"En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien…"(Sourate Al Hidjr, V.9)

Abou Horaïrah رضي الله عنه rapporte que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit:" A tout Prophète, on lui a accordé des signes à partir desquels les hommes ont cru. Quant à moi, ce qu'Allah m'a accordé est une révélation de Sa part. Et j'espère que j'aurai des disciples plus qu'eux le Jour du Jugement Dernier".  H̱adith agrée
A ce propos, Ibn 'Aqil رضي الله عنه a dit: "L'un des aspects miraculeux du Coran est que nul ne peut extraire un verset dont le sens est inspiré d'une parole déjà citée. Par contre, les gens ne cessent de s'inspirer les uns des autres. On dirait par exemple: Al Moutanabbi s'est inspiré d'Al Bousẖtouri ! Ibn Al Djouzi a dit également: "J'ai tiré deux sens très remarquables:

Premièrement: les miracles des Prophètes furent passés après leur mort. Si un athée par exemple se demande aujourd'hui: Quelle est la preuve de véridicité de Moh̠ammad et de Moïse? Et si on lui dit en répondant: la lune s'est fendue pour Moh̠ammad et la mer l'était pour Moïse ; il rétorquera: Ceci est impossible.
C'est ainsi qu'Allah fit que le miracle de Moh̠ammad restera à jamais pour que se manifestera la preuve de sa véracité de sa mort. Allah fit de même de Moh̠ammad une preuve sur celle de tous les Prophètes, car il les confirme et informe de leur histoire (avec leurs peuples).
Deuxièmement: Le Coran apprit aux gens du Livre que les attributs de Moh̠ammad furent mentionnés chez eux dans la Thora et l'Évangile. Il atteste la croyance de H̱ateb et l'innocence de 'Aïcha. C'est un témoignage au sujet de quelque chose d'inconnaissable. Si le Coran et l'Évangile ne contiennent pas les attributs de Moh̠ammad, les chrétiens et les juifs auraient pu se détourner de la croyance en lui et si H̱ateb et 'Aïcha ne savaient pas d'eux-mêmes le contraire de ce que le Coran a témoigné, ils auraient pu s'écarter de la foi".[1]

[1] (Al Wafa PP. 276 – 273 en résumé.