Le prophète de la miséricorde Site

Ligue du Monde Islamique - Organisation Mondiale pour Faire connaître et Soutenir le prophète

suivez-nous

Find Le prophète de la miséricorde Site on TwitterFind Le prophète de la miséricorde Site on FacebookFind Le prophète de la miséricorde Site on YouTubeLe prophète de la miséricorde Site RSS feed

Dernière image

Islamic Education research network launched at University of Warwick

Image aléatoire

الرحمة  صلى الله عليه وسلم

Attached images

m025.jpg
m025.jpg

L'Islam est la religion qui prône la fidélité et le respect des traités et des engagements en vertu des versets suivants:
-"Ô les croyants ! Remplissez fidèlement vos engagements. (...)"
(Sourate Al Mâ‘idah, la Table servie, V. 1)
-"(...) Et remplissez l'engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements"(Sourate Al ‘Isrâ‘, le Voyage nocturne, V.34)
- "Ceux qui remplissent leur engagement envers Allah et ne viole pas le pacte". (Sourate Ar-Ra'd, le tonnerre, V.20)
De même, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit: "quiconque conclut un pacte avec un groupe ne devrait ni en annuler une clause ni y ajouter qu'à l'expiration du délai prescrit ou bien dénoncer le pacte conclu d'une façon franche et loyale". Rapporté par Abou Daoud et At-Tirmidhi
Et quand les deux émissaires de Mousaylimah le menteur se rendirent auprès du Prophète et parlèrent grossièrement, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) dit: "Si les émissaires ne devaient pas être tués, je te couperais la tête". Rapporté par Abi Daoud.

Parmi les exemples de la fidélité du Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) à ses engagements avec les mécréants, figure le respect de la clause du traité d’Al H̠oudaybiyah entre le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) et le représentant de Qorayche, Souhayl Ibn 'Amr qui stipulait que celui des Quraychites qui viendrait rejoindre Moh̠ammad pendant la durée de la trêve devait être remis aux siens, mais s’il s’agit d'un musulman, il ne doit pas être remis. Et au moment où ils étaient en train d'écrire les autres clauses de cette trêve, un homme appelé Abou Jandal Ibn Souhayl Ibn 'Amr arriva marcher avec les chaînes aux pieds. Celui-ci était venu du bas de la Mecque pour se jeter parmi les musulmans. Sur ce, Souhayl dit: "Ô Moẖammad ! C'est la première chose qui doive être soumise au jugement. Rends-moi-la". Le Prophète répliqua: "Mais nous n'avons pas encore signé le traité. Et Souhayl de reprendre: "Et moi de ma part, je ne te donnerai point mon accord sur aucune trêve.". De là, le Messager d’Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) s'adressa à Souhayl: "Accorde-moi l’autorisation de le faire". Abou Jandal répliqua: "Je ne te l'accorderai jamais." Puis le Prophète insista: "Mais non ! Faites-le !". Et Souhayl de répéter: "Je ne le ferai jamais. " Entendant ceci Abou Jandal se mit à crier à plus fort: "Ô les musulmans ! Serai – je remis aux polythéistes pour m'éprouver au sujet de ma religion alors que je vous suis venu musulman? "Alors le Prophète lui dit: Ô Abou Jandal ! Sois patient et espère la récompense d’Allah. Allah te donnera ainsi qu’aux faibles opprimés qui sont avec toi une délivrance et une issue. Nous avons signé la trêve avec ces gens et il y a eu un engagement entre nous et eux par le serment d'Allah, or nous ne trahissons pas d’engagement". Rapporté par Al Boukhâri.

Peu après, Abou Baçir, un homme de la tribu de Thaqif, alliée de Qorayche s’enfuit et se réfugia auprès du Prophète. Qoarayche envoya alors deux émissaires pour le ramener en application des clauses de l'accord de la trêve d’Al H̠oudaybiyyah. Cette situation montre bien la fidélité parfaite du Prophète et son respect des engagements et des pactes même s'ils portent apparemment préjudice aux droits des musulmans.
D'ailleurs, parmi les preuves de la fidélité du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) aux engagements conclus avec les mécréants, figure ce qui suit:
Al Bara‘ rapporta: " Lorsque le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) avait voulu accomplir le petit pèlerinage (la 'omrah), il envoya aux mecquois pour leur demander l’autorisation. Ceux-ci exigèrent que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) ne doive pas y passer plus de trois nuits et qu'il ne s'y rende qu'avec les armes déposées dans leurs gaines et sans inviter personne d'entre eux.

Et le rapporteur d'ajouter: 'Ali Ibn Abi Taleb se mit à écrire cette clause ainsi: "Voilà l'accord auquel sont parvenus Moh̠ammad, Messager d'Allah". Les représentants de Qorayche l'interrompirent: "Si nous attestons que tu es le Messager d'Allah, nous ne t'aurions pas empêché nous t'aurions suivi. Ecris seulement: Voilà l'accord auquel sont parvenus Moh̠ammad Ibn 'Abdillahi."
Le Prophète accepta et dit:" Par Allah ! Je suis Moh̠ammad Ibn 'Abdillah et Par Allah ! Je suis quand même le Messager d'Allah". Ensuite il ordonna à 'Ali: "efface les mots "Messager d'Allah". Et 'Ali d'affirmer: je ne les effacerai jamais. Sur ce, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) lui dit: "indique-les-moi donc". 'Ali les lui montra et il les effaça par ses propres mains.

Plus tard quand le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) entra et passa les trois jours, les mecquois dirent à 'Ali: Dis à ton compagnon de partir. 'Ali le rappelle au Prophète qui dit: "Certes, oui !" et se mit en route. H̱adith agréé.
C'est ainsi que le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) remplit parfaitement ses engagements envers eux en ne dépassant pas les trois jours comme le stipule l'accord.
D'autre part, le Messager d'Allah (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) mit en garde contre la trahison et le manquement aux promesses en disant: "Quiconque garantit à quelqu'un sa vie pour l'assassiner ensuite, je désavoue le tueur même si l'assassiné est mécréant". Rapporté par An-Nassâ‘i et Al Albâni l'a jugé authentique.

Il dit également: "Lorsqu'un peuple manque à ses engagements, il verra l'assassinat régner entre eux". Rapporté par Al H̠akim qui l'a authentifié selon les critères de Mouslim et Al Albâni l'a également estimé authentique.
Dans ses invocations, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) demandait toujours la protection d'Allah contre la traîtrise qui est le contraire de la fidélité en disant: "Ô Seigneur ! Je demande Ta protection contre la trahison, car elle est le pire confident".
Il a de même interdit la traîtrise et la trahison en disant: "Le jour de la résurrection tout traître portera une grande bannière par laquelle on le reconnaitra". H̱adith agréé.
Par ailleurs, le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) affirme clairement qu'il ne rompt pas les pactes déjà conclus en disant:" Quant à moi, je ne viole jamais un pacte conclu."